20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 23:20

Les courses à l’épicerie çà sent la lessive mélangée au suc du bac des produits surgelés et à la sueur des légumes qui bronzent. Les néons s’éclatent sur ta gueule. Les fromages locaux odorifèrent, les autres sont enfermés. Mes centimes sont toujours à la recherche de leurs copines. Je les sors comme une politesse, pour faire l’appoint mademoiselle.

 A la boulangerie j’ai fait la queue en rêvant sur les gâteaux, en imaginant qu’il s’agit de bons gâteaux. Ce sont des gâteaux en pré fabriqué. Un fond de tarte comme un carton, une couche de crème en pot, le fruit d’un autre et aptitude au service pour un dentier entarté, une bouche sans goût, une vie de souvenirs. Ces gâteaux sont à la pâtisserie ce que les blocs bétons sont à la construction.

Sous la pluie, passé devant la boucherie. Il n’y avait pas de clients. Le boucher m’a regardé. Derrière lui les saucisses qui pendaient par la queue et la tête de veau qui baillait m’ont aussi regardé. Alors Je n’ai pas osé entrer dans le magasin. Je suis entré au tabac presse.  Dire bonjour comment çà va ? Répondre çà va, çà va, et puis prendre sa monnaie, un sourire pour la buraliste derrière son comptoir  qui voit défiler dans la journée les plantigrades accaparés  qui viennent  s’égayer ici, entre le black Jack, le morpion, le midi libre et soupirer dans l’odeurs des journaux et magasines et des paquets de cigarettes et des bonbons et des cahiers et des derniers best sellers et des cartes postales.  

 

Partager cet article

Published by Philippe Maréchal - dans humeur du chef
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 21:38
Giorgio...on se connait par la télélibre...il est passé me voir dans mon repère, plutôt qu'un discours je préfère le présenter par ses films qu'on pourra voir ici...




VEZO
par Giorgiocham

Partager cet article

Published by Philippe Maréchal - dans invité(e)
commenter cet article
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 11:18

C’est dimanche matin. Et je vous ai collé grace au titre une ritournelle pour la journée....C'est que çà canarde autour de moi. Des coups de fusils de plus en plus rapprochés. Des chiens qui aboient. Un animal traqué surement. Loupé. Loupé, loupé puisque çà canarde encore, aussitôt, aussi sec, disait la maman à la putain pour signifier toute la raideur de la spontanéité des événements tragiques. Putain de planète, çà traque, çà chasse, çà cogne, çà traine, çà déchire...Pouvez pas rester au lit ? C’est dimanche matin, faire un calin, non ? Tout seul ? Ben allez, oui, t’as l'droit aussi, masturbation bien menée vaut mieux que coït banal...demande à ta femme qui est restée au lit pendant que tu mettais ton treillis. Un peu d’amour à la place  de la chasse...Et C’est toujours tirer un coup non? Oui, je ne m’adresse pas aux poètes ce matin, mais aux amoureux de la nature...hein ? oui de leur propre nature.

 

Partager cet article

Published by Philippe Maréchal - dans Journal d'un con
commenter cet article
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 11:43
J'ai regardé, http://www.latelelibre.fr, ma télé préférée et le dernier en ligne c'est John Paul Lepers  dans sa "démarche"et du fond de sa cabane de demander une interview au Président Sarkozy...cà m' inspiré ceci:
La question, à mon avis, c’est plutôt à ceux qui, il y en a plus qu’un peu, qui donc ont voté et voteront sans doute encore pour des gens qui du coté du manche leur donneront trois petits coups de bâton auxquels je n’échappe pas non plus, ajoutés à l’humiliation permanente du faites ce que je dis et pas ce que je fais. Bref, comment donc est il possible que même après des études très moyennes de texte au collège par exemple, il ne soit pas possible de réfléchir un tant soit peu à son bulletin de vote. J’ai entendu Guy Bedos une fois dire qu’il n’y a pas de raison, y’a bien un permis de conduire, un permis de chasse ou un permis de tout ce qu’on voudra, pourquoi n’y aurait il pas un truc non pas élitiste et qui écarte mais qui atteste d’un minimum de connaissances pratiques de l’imposture du discours politique de droite comme de gauche comme du centre. Bon, ce que je dis est surement contestable et pas fini comme moi même mais je n’arrête pas de me poser cette question. On pourra bien évidement me dire qu’en face du candidat Nicolas c’était pas frais non plus. C’est vrai et c’est désolant j’en conviens, mais vu le niveau des spectateurs dans la salle, peut être que les artistes ne se font pas chier non plus et en tous les cas on a toujours le choix entre pire et moins pire. Y’en a qui vont rire, je sais bien. Bon moi du Nicolas j’en voulais pas mais je ne me réjouis pas non plus de la déception de certains qui m’ont avoué avoir voté pour lui , du coup, je réfléchis sur la forme de notre démocratie qui a pris un coup de vieux ou bien qui est très décalée par rapport à culture et aux aspirations contradictoires des uns et des autres, à savoir que l’intelligence n’est encore dans les programmes politiques pas plus qu’elle ne figure dans les programmes des écoles qui tiennent de l’accumulation et de la recognition mais pas du discernement. Du coup, on a quelqu’un d’assez petit et nerveux , très bizarre dans ces choix et ses discours, pour nous représenter, mais n’est il pas une certaine image de notre très petit génie? Et je pourrais très bien rentrer dans cette caricature en commençant ma prose de bidochon par ce ton mi complice et à mi hauteur présidentielle: ” moi je vais vous dire, monsieur Lepers, vous voulez une intervieuw et bien vous allez prendre rendez vous dans mes services et moi à titre personnel je vais m’en occuper personnellement et là je prends tout le monde à témoin que je l’ai dit. Comment çà je l’ai dit? Bon De Gaulle disait que dans l’idée de la 5ème le suffrage universel c’était la rencontre d’un homme et d’un peuple. C’est peut être çà le problème, comment peut il considérer les besoins de tout un peuple alors qu’il lui faut déjà régler des problèmes familiaux, genre il faut que je case mes gosses, et moi je sais bien les soucis que çà cause quand avec les miens en voyant le générique de fin d’un film ils me font remarquer que ce sont beaucoup de fils de et filles de et qu’alors en me regardant çà veut dire qu’eux, ils n’ auront droit à qu’à une expédition genre Antarctique chez Paul emploie, comme papa? je vous embrasse en dépit de la grippe cochonne.

Partager cet article

Published by Philippe Maréchal - dans lemondedephilippe
commenter cet article
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 08:14
C'est l'histoire d'un photographe qui sur sa tombe avait  exigé comme épitaphe: "ne bougez plus..."

Partager cet article

Published by Philippe Maréchal - dans c'est revenu comme çà
commenter cet article
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 22:20

Ce matin on était deux dans la ruelle du hameau... « A savoir que s’il continue à ne pas pleuvoir ici, on va passer l’hiver dans le froid et sous le soleil...Cà va pas cette histoire, le temps est détraqué, moi je te le dis parce que tu vois moi en 1956, hein t’étais pas né toi en 1956...La journée a commencé comme çà, avec le papet  grignoux qui se plaignait des articulations et du gel qui l’avait surpris. Et puis du temps qui était bizarre et assurément pas comme en 1956 et puis qu’à la télé y disaient que des conneries, par exemple à la météo, tu vois... »

 

 

Partager cet article

Published by Philippe Maréchal - dans Plans fixes sur les quais
commenter cet article
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 08:47
C'est sûr, avec mon pote sur la photo de ma page blog d'hier, on a vraiment l'air cons, nos deux couronnes sur la tetête et puis l'air satisfaits, un peu comme ceux qui nous gouvernent. J'en déduis donc qu'à leurs places on seraient peut être pas mieux? Comme disait donc Léo, le pouvoir d'où qu'il viennne...c'est de la merde. Alors que faire? Laissez dire et bien faire disait ma mère...J'ai ouvert mes locaux, ceux d'Objectif Mon Oeil, et puis vais tenter de filmer et d'écrire ce qu'il voit mon oeil, la poutre et la paille, et comme disait René Char, il faut se chauffer avec la poutre qu'on a dans l'oeil et se coucher sur la paille qu'on voit dans celui du voisin. Pour ma part celle de la voisine me convient bien. Bises à vous tous qui passez par ici.

PS mes locaux sont dans une vieille filature...Filature, filature...Quand je suis assis sur ma vieiile chaise pourrave et tournante , je pense aux détectives aux chapeaux mous, un peu toccards, un peu alcoolos, pas très rasés, sans thunes,  improbables personnages, à la frontière du monde des vivants et des maccabés...çà fait un peu début de roman, début de polar, le pourquoi du comment je pense au Poulpe, ce personnage inventé par  jean Bernard Pouy      POLAR NOIR - Jean-Bernard Pouy - interview

Partager cet article

Published by Philippe Maréchal - dans lemondedephilippe
commenter cet article
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 10:34

C’est vrai qu’on se sent un peu con des fois tout en bas, dans la France d’en bas comme disaient les anciens châtelains...A suivre les péripéties et les récits de voyages des grands de ce monde, les indignations de ceux qui sont un peu moins grands et qui vont le rester et que c'est çà qui les met en colère, à suivre les aventures du jeune et élégant prince Jean, celles de son père Nicolas et tout un tas de... je devrais dire un aréopage de courtisans et collaborateurs qui se prennent les pieds dans des tapis trop épais ou bien moelleux pour leurs démarches malhabiles ou bien par manque d’éducation à toutes ces choses qui s’apprennent quand on veut se prendre pour machin et qu’on en n’a pas l’étoffe, la classe...Ouais c’est vrai qu’on se sent un peu con, au carrefour, « à l’adresse de l’éternel » comme on dit chez Lanza, et qu’un type en bottes et paré d’une tunique bleue vous examine comme un suce pet parce que... "vot bagnole les gars, elle est vachement bizarre les gars", c’est une bagnole de pôve...et que çà être pôv au royaume du flouz c’est pas bon, c’est pas bon du tout. T’es pas là pour jouer les avocats de circonstances à ton propre procès comme Monsieur De, non t’es là toi, pour fermer ta gueule et allez te nicher devant ton canapé minable devant TF1. Bon assez parlé de ces bêtises, qu’on a voulues, puisque’ on les a élues...enfin je dis « on », pronom con qui remplace celui qui l’emploie...qu’on disait à l’école y’a longtemps, du temps des petits « on ». Je n’ai pas voté comme çà, mais étant sujet comme les autres « on » j’en suis réduit, à fermer ma gueule au * "carrefour, à l’adresse de l’Eternel et fermer le cercle pour faire un temple dans le vent, faire de ce lieu quelconque un temple et chanter louange....là, le flic y te regarde et commence à se dire, ya comme un point noir qui n’est pas clair....

 

  * debut de la prère du feu de Lanza Del Vasto chez les compagnons de l'Arche.

 

 

 

Partager cet article

Published by Philippe Maréchal - dans Journal d'un con
commenter cet article
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 17:35


Un petit message du réseau sortir du nucléaire....

A voir absolument : ce mardi 13 octobre à 20 h 40 sur ARTE.
Rediffusion le jeudi 15 octobre 2009 à 9 h 55 sur ARTE
Déchets, le cauchemar du nucléaire.
Un film évènement, une enquête coup de poing de 98 mn.
Voir des extraits vidéos et plus d'infos sur ce reportage en cliquant sur :
http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/Dechets--le-cauchemar-du-nucleaire/2766888.html
La face cachée du nucléaire et son déficit démocratique à travers son point faible : les déchets radioactifs.
En pleine prise de conscience des menaces de réchauffement climatique, les industriels et certains politiques nous présentent l’énergie nucléaire comme la solution d’avenir, une énergie propre, maîtrisée, sans impact sur l’environnement et la santé. Parfois même, une énergie qui s’inscrit dans le « développement durable ».
Mais l’énergie nucléaire est-elle aussi propre qu’on nous le dit ?





Partager cet article

Published by Philippe Maréchal - dans Informez vous et faites passer
commenter cet article
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 13:07

C’est dimanche, drelin, drelin. Je retourne à mes bondieuseries. J’aime bien. Ainsi le lundi j’ai l’esprit kolkhoze, le mardi libertaire, le mercredi France Culture, le jeudi je suis vraiment très con, le vendredi c’est le jour du lendemain du poisson chez moi et le samedi je fais ce qui me plait. C’est dimanche, ma bondieuserie d’aujourd’hui fut d’allumer ma radio et....j’ai pas fait exprès ce fut Inter...et pour une fois pas minable, Rebecca. J’avais oublié Rebecca Manzoni. C’est bien pourtant. Ce matin c’était un entretien avec Vincent Lindon. Vincent Lindon et ses trois cerveaux. Cà fait plaisir un mec qui a trois cerveaux parce que de nos jours tout le monde en n’a pas un. C’est cher un cerveau et puis çà demande de l’entretien, lire, regarder, penser, émettre des hypothèses et contre thèses, s’imaginer enfin tout un tas de choses. Regarde les gosses à qui on propose de l’argent contre l’assiduité en classe. On ne leur demande même pas de s’instruire mais d’être assidus, au cas ou, le cerveau se mette à imaginer qu’il est là pour quelque choses de bien précis...si c’est la tune on est mal barré, le cerveau va pas comprendre lorsqu’ils seront au boulot comme stagiaires et qu’en échange de leur travail ils auront peau de balle.   Mais Vincent, lui, il en a trois et sa démonstration est brillante. Un qui joue la comédie avec sincérité, çà en soit c’est une phrase qui mérite qu’on se la répète, un autre cerveau qui contrôle son mouvement et ce qu’il s’apprête à faire, plus un cerveau qui perçoit « une capsule de bière qui tombe ou un autre bruit à 25 mètres de là ». Je l’aime bien. C’était bien c’est toujours la même chose, une émission à la radio, quand c’est bien fait c’est des invités qui se mettent au bout de la table et qui causent pendant que tu bois ton jus et que tu bois le plaisir de les écouter. Son dernier film va bientôt sortir, l’histoire d’un maçon qui tombe amoureux d’une institutrice...C’est çà qui est bien avec Vincent Lindon, ce moment rare où les « taiseux » de la société ont quelque chose à dire qui tranche avec l’arrogance et l’ignominieux du paraître et de la paillette, amen.

 

Partager cet article

Published by Philippe Maréchal - dans lemondedephilippe
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog